ARTICLES de Massamba MBAYE

SCUPTURE : MAMADY SEYDI EXPOSE AU CCF

La vie en escalier

Traduire des proverbes en sculpture, l'idée pourrait sembler saugrenue. Pas pour le Mamady Seydi. Et toute cette sagesse populaire mise en forme se retrouve sur des échelles, une aspiration symbolique vers le progrès, la bonification…
Les jardins du Centre Culturel Français de Dakar (CCF) sont rehaussés depuis le 13 avril dernier par les sculptures du jeune Mamady Seydi. Sorti l'année dernière de l'Ecole Nationale des Arts Mamady Seydi développe un concept assez original de mise en situation des proverbes Africains. C'est ainsi que l'adage « Gumba du jite yoon » (traduit littéralement : un aveugle ne montre pas de chemin) »devient une suite de personnages, conduite par un aveugle qui marchent, sur une plate-forme ayant un escalier sur le côté et un vide devant. Pas besoin de dire attention à la marche. C'est râpé pour ces personnages. Et en est ainsi de la plupart des compositions du jeune artiste. Une constante dans ces œuvres, c'est qu'elles sont à plusieurs niveaux et sont reliées par des escaliers voire des échelles. L'artiste nous confie qu'il a ainsi fait passer le message de la verticalité. Cette tension vers la perfection.
Mais cette verticalité peut avoir une dose négative. C'est le cas pour l'œuvre « Alaal bu maggam gawe juduba niawne (littéralement : « un bien qui s'accroit trop vite est souvent mal acquis ») » où c'est plutôt une homme qui accumule au sommet après être passé sur une échelle humaine. Avec ses sculptures tout en hauteur et ses personnages faits de toile et presqu'uniformément bruns. Mamady Seydi tisse les liens de la sagacité. Celle que l'on retrouve dans les proverbes que son père avait l'habitude de collecter. L'on peut le trouver trop sage. Ce qui limite l'expressivité des personnages au profit du didactique. Egalement, le nom de ses œuvre pour originales qu'elles soient sont loin d'être faciles à retenir, notamment pour une oreille étrangère… Mamadi Seydi expose ses quatorze piéces jusqu'au 24 avril prochain.

Massamba MBAYE