ARTICLES Nouvel Horizon N° 194 du 05 Novembre 1999 page 29

Sculpture pour protéger l'oralité Africaine

Défendre l'oralité Africain en travaillant le fer, le papier, le tissu. Voila l'objectif de Mamady Seydi (29 ans) un sculpteur bien atypique. Le rapport, en effet, est peu évident. Mais pour y parvenir Mamady qui excelle dans la miniaturisation, adjoint à chacune de ses œuvres un proverbe portant un message bien précis. Mamady Seydi a été dans ce style influencé par son père grand collecteur de proverbes. Les paroles complètent ses matériaux de base que sont le fer, le papier, le tissu. L'occasion de les voir est offerte par son exposition à la Galerie Atiss de Aïcha Dione du 5 au 15 Novembre courant.
On y notera encore la présence d'échelles sur lesquelles des hommes montent. Leur présence serve a évoquer ce besoin qu'a l'Homme de vouloir toujours aller de l'avant, d'atteindre les sommets. En ce donnant sans réserve. Comme lui. Mamady Seydi s'est lui aussi bien battu en obtenant d'abord un diplôme de graphiste) l'Ecole des Beaux Arts.Le couronnement suivra presqu'aussitôt après, puisque le jeune sculpteur fut invité à exposer pendant le vingtième anniversaire des ''Artistes Réunis'' Kalidou et Paulane au Musée de l'Ifan. Une exposition individuelle lui sera également consacrée devant l'entrée de la bibliothèque du Centre Culturel Français de Dakar. Avec ce bon départ, Mamady Seydi est sûr de son succès futur et de son style qui a fait dire à Elsa Despinay, historienne française de l'art, que le style de ce jeune artiste ''rejoint le sens donné aux proverbes qui sont des sortes d'énigmes démontrant que l'homme est toujours sur le fil entre le Bien et le Mal, que l'individu doit suivre une sorte d'initiation pour atteindre son propre équilibre''