ARTICLES DE Didier BLIN

Ils préparent l'exposition l'Homme est un mystère, art contemporain Africain

Trois artistes Sénégalais en résidence

Trois artistes sénégalais sont en résidence à Saint-Brieuc pendant un mois. Parmi eux, Soly Cissé peintre et Mamady Seydi sculpteur. Ils travaillent sur ses mystérieux comportements. Expositions le mois prochain
Ce sont quatre grandes toiles de deux mètres sur deux. Elles ont en commun un fond très sombre d'où surgissent quelques éclats lumineux et des formes humaines torturées crachant des silhouettes animales. En quelques jours, Soly Cissé, installé dans un coin de l'ancienne chapelle de Providence, a abattu un travail colossal, à la mesure de son physique massif de bûcheron.
« Il a un rythme infernal », rigole Mamady Seydi, tout frêle à ses côtés. Lui est sculpteur et travaille actuellement dans un hall de Brézillet. Avec Cheikhou Bâ, les deux artistes Sénégalais sont accueillis en résidence par l'Office départemental de développement de la culture et de la ville de Saint-Brieux, pendant un mois.
Les trois hommes, repérés a la biennale d'art contemporain de Dakar, ont été conviés à plancher sur une affirmation pleine de questions: L'Homme est un mystère. Une évidence pour Soly Cissé: « Mon travaille porte sur l'homme, ses confrontations, ses défis, sa quête de devenir. Sur les démons qu'il a en lui. C'est aussi un questionnement sur l'origine de l'homme. Ces questions m'ont toujours préoccupé. Avant même que je commence à peindre. » Une recherche aux échos spirituels qui résonne dans l'espace de l'ancienne chapelle.
Dans le thème de cette résidence, Mamady Seydi trouve aussi une opportunité de prolonger son travail de création. « Je m'intéresse au comportement de l'homme dans la société », explique le sculpture. A partir de dictons Wolof, il sculpte des installations. Pendant sa résidence briochine, il a décidé d'illustrer cette maxime : « Lorsque les uns creusent un puits, tandis que les autres le referme, on ne verra finalement que beaucoup de poussière ». C'est une réflexion sur la contradiction des comportements entre amour et haine, guerre et paix… Ce paradoxe se reproduit depuis des générations. Et personne de le comprend

Didier BLIN

Pratique. A l'issu de la résidence de Soly Cissé, Mamady Seydi et Cheikhou Bâ, plusieurs expositions seront installées :
Du 16 au 21 novembre au pavillon des expositions temporaires du musée d'art et d'histoire et espace Lamennais, avec également Mohamed Ounouh et Patrizia Guerresi, de 10 h à 18 h du mardi au samedi et de 14 h à 18 h le dimanche, entrée libre.
Du 6 novembre au 4 décembre, à Langueux au 4 décembre, Langueux, galerie du Point-Virgulen installation de Mamady Seydi, les mardis (16 h 30 à 18 h 30), mercredis (10 H h à 12 h et 14 h à 18 h 30), vendredis ( 14 h à 18 h h 30) et samedis (10 h à 16 h 30)